#20 Vika Vakulyuk

Vika Vakulyuk est une make-up artist, Moscou girl d’adoption, on a voulu en savoir plus sur elle, sur son métier et surtout à quoi ressemble la vie d’une jeune femme en Russie aujourd’hui.

READ FULL ENGLISH VERSION HERE

Cocktail Brut : Hello Vika !! Tellement contente de faire découvrir une make-up artist à nos lectrices ! On adore ton esthétique si singulière et avant-garde, on a envie de faire partager ce métier dont on ne parle pas beaucoup et qui est pourtant très présent dans l’univers de la mode.

Tu viens donc de Moscou, comment c’est de vivre là-bas ? Qu’aimes-tu faire de tes journées ?

Vika : Moscou est la ville où tu ne t’ennuieras jamais. Moscou est la ville où tu as envie d’être, créer de l'art, parler avec les gens, apprendre de nouvelles choses. En gros, tu veux en faire partie, car c’est l’endroit où se trouvent la majorité des personnes talentueuses et qui ont du succès en Russie.

Les choses que je fais quotidiennement dépendent de si je travaille ou si je prends un jour de congé. Un jour, ce sera peut-être un éditorial pour un fancy magazine avec une équipe importante, où certaines limites sont définies. Un autre jour, je pourrais peut-être appeler un ami et créer mes idées personnelles qui pourraient paraître insensées pour l’industrie commerciale, mais c’est ma vision que je souhaite partager.

Cocktail Brut : Parle nous un peu de ton parcours et de ton métier ? À quoi ça ressemble d’être make-up artist/hair stylist à Moscou ? 

Vika : Déménager à Moscou il y a quelques années a été une étape dans l'évolution de ma carrière. Je voulais être dans une communauté créative où tu peux faire partie de quelque chose de plus grand, être entourée de gens qui pensent librement sans préjugés. Avec l'aide d'amis qui ont commencé à donner des critiques positives sur mon travail, j'ai commencé à recevoir de plus en plus d'offres d'emploi. Être une artiste indépendante sans agence signifie que je peux gérer mon propre calendrier et m’exprimer dans ma propre esthétique.

Cocktail Brut : J’ai pu te connaitre grâce à Instagram, certaines de tes photos ont été partagés par de nombreux magazines ou comptes “moodboard”. Est-ce que cette plateforme a été un tremplin pour toi ?

Vika : Instagram est le reflet de ma vision. C’est un outil pour accroître l’audience, mais mon objectif n’est pas de l’augmenter, la seule chose qui compte, c’est de partager mon point de vue. Je suis contente que ma communauté vienne du monde entier. Cette plate-forme m'a présenté à d’autres make-up artistes/directeurs artistiques/stylistes et à des personnes intéressées par le maquillage.

Cocktail Brut : Si tu devais donner un conseil à un.e futur inspirant.e make-up artist ? 

Vika : N'aie pas peur de créer ce que tu veux vraiment, même si les gens pensent que c'est bizarre. Des erreurs doivent être commises, que tu sois débutant ou professionnel, c’est un stade de croissance. Rechercher des références, des inspirations car personne n’est original à 100% de nos jours. Il faut simplement essayer de les utiliser à sa manière.

Cocktail Brut : D’où vient ton inspiration ? Tout est si coloré et pictural ! Est-ce que tu as d’autres make-up artists que tu aimes ?

Vika : Pour rester à jour, j'essaie de consommer tout ce qui se passe dans le monde de la mode, tous les jours. J'essaie de compiler presque tous les articles que je vois via les réseaux sociaux afin d'être pertinente et dans les tendances, que ce soit pour des projets commerciaux ou avant-gardistes. C'est ainsi qu'Isamaya Ffrench ou Thomas de Kluyver seraient un bel exemple de combinaison de compétences permettant de travailler pour des marques de luxe et post-modernes.

Cocktail Brut : Et ton artiste favori de tous les temps ? 

Vika : C’est difficile d’en choisir un, tout simplement parce que je n’aime pas me limiter. Je préfère garder un œil sur différents types d'art. Ça me permet de faire des liens dans ma tête - c’est intéressant de voir comment des mouvements complètement distincts naissent les uns des autres, c’est ce qui provoque les changements. Ça me fait penser que même avec les plus grandes différences, il y a toujours des similitudes. Les courants de changement dans l'art, c’est ce qui m'inspire. Mais si je dois mettre en valeur quelques artistes contemporains, ça serait Blanca Miró Skoudy, Laura Catherine Soto et Kensuke Koike.

Cocktail Brut : J’imagine que ton travail te fait beaucoup voyager, quelle est ta destination favorite, là où tu te sens le mieux ? 

Vika : Honnêtement, je me sens mieux dans ma ville natale, où vit ma famille. Elle est située dans l'Extrême-Orient de la Russie, près du Japon et de la Chine. Il y a une très belle nature qui est très inspirante et relaxante. Tu te téléportes littéralement là-bas en moins de 8 heures et tu te retrouves de l'autre côté du monde, où la combinaison d'éléments marins et de soleil radieux te fait oublier tous tes problèmes, tu peux te ressourcer et oublier le rythme de la mégapole.

Cocktail Brut : Si on pouvait te rendre visite à Moscou, où est-ce que tu nous emmènerais ? 

Vika : Je vais simplement t’emmener à un pique-nique et te présenter à mes amis. Ce sont tous des gens dans l’art, tu les adorerais! Le jour d’après, nous pourrions faire une soirée et aller dans un bar, où l'un de mes amis fera un DJ set.

Cocktail Brut : Niveau fringues, qu’est-ce qui te fait le plus envie en ce moment ?

Vika : Depuis que je travaille dans l’industrie de la mode, je dois garder un œil sur ce qui s’y passe. Je suis non seulement les make-up artists, mais également tous les membres de la production (directeurs artistiques, photographes, stylistes). Par exemple, j'aime les univers délicats de Jacquemus, Paola Vilas, Hernán Herdez, Faustine Steinmetz. Pour les expérimentaux et les radicaux: Rick Owens, Dom Sebastian, Western Affair. J'admire aussi beaucoup Bottega Veneta, Y/Project, et Etudes.

Cocktail Brut : Quelles sont tes pièces préférées de notre e-shop ? 

Vika : La blouse prairie House of Sunny, le pantalon halapi de chez Simonett, et les mules havanes café De Las Cuevas.

Merci beaucoup Vika !!! <3

Artist timeJustine Gallas